#3 Jean-Kevin et son groupe de rock.

Putain la musique c’était mieux avant. Oui, dire ça, ça me fait passer pour un vieux gars ringard. Mais si tu avais le choix entre être ringard ou être un petit fils de pute, tu choisirais quoi ?

En fait je vais vous parler surtout des groupes peu connus qui tentent d’émerger quitte à bien pomper pour faire la Une d’un magasine face aux anciens des générations précédentes. Ceux qui trimaient. Les vrais, même s’ils faisaient de la merde.

Avant gamin, quand tu voulais faire un groupe, tu m’étais une annonce sur les murs de ton bahut ou sur le bar d’un pub. Tu faisais des essais avec des batteurs foireux qui avaient appris à jouer sur un synthé et tu jouais avec du matos pourrit dans le garage de tes vieux. Toi aussi il te les brisaient pour baisser le volume ?

Une fois que tu avais les titres que tu avais écris dans le bus en rentrant et que la compo était bien ficelée tu faisais le tour des bars pour pouvoir montrer ce que t’avais dans le ventre et accessoirement, essayer de choper des meufs complétement dingues de tes cheveux longs.

Petit à petit, t’envoyais tes maquettes en l’air lors de concerts de groupes connus, tu les déposaient sans grand espoir dans des boites aux lettres. Si tu avais du cul, tu tombais sur un gars qui allait faire un article sur ton groupe dans un magasine. Même si personne n’allait lire le petit encadré en bas à droite, tu t’en foutais c’était enfin la reconnaissance tant attendue.

Il te fallait plusieurs années pour que plus de trente personnes parlent de ta musique… Tu participais à des petits tremplins dans ta ville, ça se permettait de monter sur des grosses planches, être sous des projecteurs, ne plus payer les frais d’un ingé son en carton qui met la voix du chanteur trop bas et ce dernier qui passe tout le concert en le regardant avec un pouce en l’air pour qu’il la monte. Arf.

De nombreux groupes se sont arrêtés en route car la promo était difficile, même si ta musique était bonne, pour percer ce n’était pas aussi FACILE QUE MAINTENANT BORDEL DE MERDE ! Putain ça fait du bien.

Et ouais mon pote, maintenant les groupes n’ont plus du tout la même gueule qu’avant et à quelques exceptions, tu démarres déjà à un putain de level ! Pour t’aider, voici un petit guide :

 

Step ONE : ton son.

 

Plus besoin d’inspiration, tu prends ce qui a été fait et tu mélanges le tout, ça te fais des compos prémâchées, tu prends les groupes que tu aimes, tu choppes les riffs sur Guitartabs, tu imites la voix du chanteur qui te fait mouiller, tu fermes les yeux quand tu chantes et c’est bon. Laisses toi aller, il y aura toujours trois nenettes sans culture musicale et sans amour propre pour te jeter leurs strings ensanglantés. (Trop trash?)

 

Step TWO : Ton matos.

 

Si tu es guitariste et que tu ne sais pas trop jouer, ne panique pas. Du moment que tu sais faire quelques accords en haut du manche ça va le faire, surtout que le fric de papa maman qui a servit à t’acheter ta belle guitare électrique et ton ampli à dépuceler un mammouth rattrape le tout… enfin du moins sur la photo.

 

Step THREE : ton style.

 

Il te faut un style aussi, ça va avec et c’est obligatoire. Je te parle de tes fringues de merde et tes petits mocassins connard ! Cours, vas vite t’acheter un petit slim trois taille en dessous que tu n’oublieras pas de rembourrer au niveau de la bite. Penses à tes converses, ça fait rock n roll et ça vieillit pas. Après il faut que pour tes cheveux, ça soit le plus what the fuck possible avec un max de laque, une mèche, très important la mèche, ça te permettra de te cacher quand tu comprendras une fois sur scène que t’es une putain de merde.

 

Step FOUR : tes musiciens.

 

Dans l’histoire il faut que tu trouves un gus qui a pris des cours de basse au collège pour quand même tenir la route en live. Pour le batteur, un mec qui aime taper. Pas trop intelligent si possible et réservé. S’il tente de proposer des trucs, parle lui de cette batteuse que tu as rencontré la veille et qui joue en mini jupe (charley d’un coté, grosse caisse de l’autre, jambe écartées, t’as compris.), il sentira son succès menacé et fermera définitivement sa gueule. Sinon tu lui payes un macdo, il sera content.

 

Step FIVE : le nom de ton groupe de merde.

 

Bon passons au nom. Ouvres ton Harraps, balayes les pages et …. Stop ! Quatrième mot de la page de gauche, tu as ton premier mot. Ensuite ouvre ton frigo et attrapes la première bouteille dans la porte, prend le premier mot qui se trouve au dos de l’étiquette. Et Voilà ! « Cock juice » !

cockjuice

 

Step MOTHER FUCKING SEVEN : ta promo.

 

C’est maintenant que le plus dur du boulot arrive mec. C’est là qu’il va falloir tout donner. La promo. Mais ne t’inquiètes pas mon filou, ça durera pas des mois ou des années. Attends que tu es un bon gros estron qui arrive, prends ton petit macbook avec toi (encore une fois merci papa et maman pour cet ordinateur pour aller sur faceboobs) et crées toi une page sur un réseau social. Tu mets ton nom, ton logo… Ah oui merde le logo.

Vite, tu as surement un gars dans ta liste d’ami qui se débrouille pas trop mal et en lui disant de te faire ton logo, il deviendra ton graphiste perso pour les flyers et tout, trop bien ahaha XD lol kikoo. Voilà, dix minutes plus tard tu as ton logo, tu mets quelques photos de toi et tes incapables musiciens en ligne et invites tous tes amis. C’est bon. Tu as ton premier public en cinq minutes. Un petit message pour leur dire que « trop cool, premier morceau en ligne demain, STAY TUNED GUYS ! » et puis au cas où écrits le aussi en anglais au cas où Miley Cyrus tombe sur le message.

 

Step EIGHT : ton attitude.

 

Tu prends la grosse tête direct – sans oublier le fait que tes concurrents en ont toujours une plus grosse que toi (ça marche aussi pour les bites) et vice versa –, en gros tu as même pas encore fait ton premier concert que t’es déjà une putain de rock star. C’est pas beau ? Non.

 

Ne lis pas ça : 

Heureusement il reste quand même des gens aux oreilles attentives et intelligentes sur Terre. D’ailleurs certain n’hésiteront pas à lyncher tes compositions de merde, te rappeler que tu es un petit français de merde et que aux states, ils se moquent déjà de toi. Aussi, tu l’auras cherché.

Tu deviendras comme Justin Bieber dans ses premières années (avant que la population oublie qu’elle avait envie de l’incinérer vivant et se mette à l’écouter en boucle), un déchet humain aimé seulement par des gamines trop jeunes pour toi, tes parents commenteront tes posts « c’est mon fils !!!! trop beauuuuuu !!!! trop bieeeeeeeen ». Ton premier clip sera un condensé d’images piquées à droite à gauche sur MTV, une grosse fête, des gobelets rouges, un concert dans un garage, des gens payés pour sauter au rythme du playback.

Mais félicitations, tu y sera arrivé. T’auras juste égaré ton amour propre en chemin mais quand bien même il était mince à la base, tu t’apercevras pas de la différence.

 

Step NINE :

 

« Après des mois de pures aventures avec vous les gars, il est temps de tourner cette page. (…) Et de vous dire au revoir. » (FR)

« Sorry guys, we know we are shit » (EN)

Ca y est, les gens se sont rendus compte que si ton groupe préféré ne sort plus d’album, tu ne sais plus où piquer des riffs. T’as essayé à droite à gauche mais rien n’y fait, ça devient flag. T’as envie de continuer mais le talent ne suit pas derrière mais au moins tu t’en rends compte, tu mourras moins con. D’ailleurs tu peux aller te jeter maintenant, on ne sait jamais, avant que tu refasses de la merde.

Si tu as envie de te recycler il est temps de reprendre tes études ou de te trouver un boulot. Ça doit te faire mal de te dire que finalement, après tous ces efforts (ahah, si tu t’entendais) tu ne pourras jamais vivre de ta passion. Mais saches que tu as pris la bonne décision. De toute façon, même si beaucoup de personnes gagnent leurs vies en faisant de la merde, rassures toi en te disant qu’elles en ont avalées des kilomètres.

 

FINAL STEP :

pls

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s