#8 La cuisine vegan : le mythe healthy qui casse les nuts.

Pour beaucoup, la cuisine vegan se veut hyper healthy. Super saine quoi. D’ailleurs quand un végétalien te dis qu’il ne mange pas d’animaux, souvent, il va aussi te dire qu’il a arrêté de manger de la merde.Pour les autres (ceux qui mangent des animaux), quand ils parlent de « malbouffe », ils associent à cette catégorie tout ce qui est fastfoods, produits gras ou très sucrés dont les biscuits, les bonbons et sodas mais aussi tout ce qui est plats préparés pas chers, produits réalisés à partir de restes d’animaux comme les nuggets, les knacks, le saucisson… et enfin à l’extrême, ceux qui te diront que de manger un plat de pates avec une sauce en bocal, c’est pas bien. Donc tout ça c’est de la merde. Oui, mais consommable.
Le genre humain aime la merde – la bouffe de merde.

Souvent liée au plaisir, à la convivialité et à la détente, il n’est pas rare de retrouver sur une table à l’heure du goûter ou à l’apéro des trucs gras qui vont faire plaisir quelques instants en bouche, révélant avec virtuosité des saveurs de synthèses extraites à partir de tout sauf ce que l’on pense manger. Tout le monde le sait au fond, mais qu’importe les kilos en trop, les boutons sur le front, le mal de ventre plié sur la cuvette, les graisses animales utilisées, les œufs qui auraient pu devenir de mignons petits poussins, la déforestation à cause de l’huile de palme, qu’importe toutes ces choses, ces merdes sont trop bonnes. Surtout pour notre moral en fait.
Parlons du vegan : c’est cet être à part que le reste de la population ignore ou déteste car il passe son temps à la ramener pour défendre sa cause en agitant sous le nez des piétons désintéressés des images barbares.
Aussi, ce qui énerve l’opinion, c’est qu’il est persuadé que sa cause est juste mais surtout qu’il a pour devoir d’emmerder le monde avec des vidéos chocs qui cherchent à stigmatiser des centaines d’années de pratiques, avec ses des débats, des lettres ouvertes, des pétitions, ou encore simplement le fait de rappeler lorsqu’on s’apprête à lui servir son entrecôte qu’il ne mange pas de viande, lui, ce con.

Si ce dernier paragraphe te semble juste, je t’invite sincèrement à bien aller te faire foutre. Peut-être que si tu le fais assez bien, tu comprendras pourquoi tu es une pauvre personne limitée sur tous les plans.
Vu que je considère que tu n’es plus là, je ne m’attarderai pas plus.
Comme le dit Rosa B. ce n’est pas parce qu’une pratique est ancienne qu’elle est bonne. C’est pour ça que les petits végétaliens se battent pour la cause animale, car, comparée à beaucoup d’autres, celle-ci est valable, envisageable à grande échelle, juste et puis parce que pourquoi pas, bordel !

Bref, ce n’est pas un article pour faire l’apologie du véganime ou rabaisser les gens qui ne se sentent pas mal à l’aise de manger des animaux.
En plus pour être honnête, pas mal de gens convertis au véganisme me font bien marrer en prétendant qu’ils ne se sentent absolument pas concernés par le phénomène de mode qui plane autour du « mouvement ». Déjà rien que de se dire que les gens ont besoin d’une mode pour comprendre que tuer des animaux pour les manger c’est moche, bin… c’est moche aussi. Le but ultime de ces blaireaux, c’est de se démarquer du reste de la société en illustrant leurs principes à coup de propagande healthy massive et de concours de celui qui aura la plus belle assiette, voir le plus beau discours. C’est un peu comme quand tu dis à un hypster qu’il est hypster. Ça fout la merde. Passons.

 

capture-decran-2017-01-01-a-17-54-01

 

Toi ! Le végétalien ou végétarien averti qui n’ose se dire blasé de cette idée de régime sain à base de légumineuses riches et variées, toi qui erres sur les sites de pornfood à la recherche de la meilleure photo à reproduire dans ta cuisine, toi qui a longtemps cherché à ce que tes photos instagram se démarquent des autres avec des plats inédits, à la recherche d’une cybergloire pour prouver qu’en abandonnant la consommation de viande, tu en a profité(e) pour devenir la personne la plus saine du monde. Toi qui en a marre, toi à qui la merde manque, ou ne serait-ce que la sensation d’en manger. Tu en a marre du fauxmage, tu as passé tes fêtes de fin d’années à te gaver de fauxgras et ce midi tu as encore, à contre cœur, comme par reflexe, comme un toc compulsif que tu n’arrives plus à contrôler, photographié ton assiette de fauxpoissons panés tellement elle était belle. #Jetecomprends.

Tu veux du vrai. Tu veux de la merde, hein ? Mais t’en veux de la bonne. Normal.

Tu as envie de laisser ton #gohealthy au placard pour qu’il ne sache pas que tu vas le tromper avec #GOFAT le temps d’un repas torride où tu vas perturber tes sens au point de te convaincre que « sucrer n’est pas tromper ».

Puisses ces recettes te combler de bonheur et de bourrelets.

 

#1 Le truc super BON :

trucbon

 

Ingrédients pour deux machins :

  • Pate à pizza.
  • Oignons
  • Tofu
  • Poivron rouge
  • Purée de tomate
  • Champignons de paname
  • Basilic & son pote le Persil
  • Coriandre moulue
  • Sel et Poivre
  • Beaucoup d’huile végétale.

How to cook some shit :

La pâte à pizza :

Si comme moi tu es un flemmard, tu as acheté une pâte à pizza en grande surface assez grande et qui sent l’usine quand tu colles ton nez dessus.
Si tu as pas compris le principe de pas se faire chier pour cuisiner et que tu préfères une bonne pate, je te renvois vers l’excellent blog de Antigone XXI et sa recette de pâte vegan.

A l’aide d’un cercle ou d’un grand bol, tu vas découper des ronds dans la pate. Quatre en tout. Le reste de la pate tu le met en boule et tu te feras des petits amuses gueules pour plus tard, coquin.

La garniture :

Step one :

Over easy, tu peux cuisiner bourré sans problème.
Commences par hacher tes oignons, ton poivron, tes champignons, ton basilic et ton persil puis fais des petits dés avec ton tofu. Jettes tout ça dans une poêle que tu auras pris soin de huiler comme un gros sac. Ensuite tu badigeonnes avec la coriandre, le sel et le poivre. Pour te donner une idée du feu : faut que ta poêle fasse du bruit, que ça crépite, que tu sentes l’odeur de ta culpabilité. Une fois que tes légumes et ton tofu ont de belles gueules de champions, tu rajoutes ta purée de tomate et tu laisses mijoter à feu doux en couvrant sinon tu vas devoir nettoyer une scène de crime après manger. Après dix minutes de patience, coupes le feu, on passe aux choses sérieuses.

Step two :

Préchauffes ton four à 180°. Thermostat 7 pour les intimes.
Déposes au centre d’un rond de pizza ta petite confection. C’est le moment de rajouter tes herbes. Pourquoi à ce moment précis ? Parce que moi j’avais oublié de les mettre avant pardi ! Ensuite, avec un autre rond de pizza, tu viens recouvrir ta mini pizza et tu joints les bords afin de former une sorte de calzone. Tu peux rajouter un peu de jaune d’œuf sur le dessus pour que ça dore au four. Nan j’déconne.
Tu faire cuire entre 20 et 35 minutes, et mama mia… A peine tu mords dedans que ça dégueule d’amour.

trucbon2

Avec des frites, tu te dis que devant Netflix, plus rien ne pourra t’empêcher d’avoir cet orgasme culinaire. J’y viens.

 

#2 Les frites de carottes bien grasses.

Je suis désolé, je n’ai pas de photos pour l’instant, mais si tu es toujours là c’est que tu commences à te dire que je ne raconte pas de connerie quand je parle de miam miam et donc tu vas me croire sur parole quand je te dis que c’est pas de la merde. Enfin si, mais non.

Ingrédients pour deux portions :

  • 5 grosses carottes.
  • Oignon
  • Ail
  • Persil
  • De l’huiiiiiiiiiiiile.
  • Epices de barbecue.
  • Sel et poivre.

 

How to cook some shit :

Après avoir épluché les carottes, coupes les en formes de… grosses frites et mets les dans un grand cul de poule. Haches ton oignon, l’ail et le persil en petits morceaux.

A ce moment tu peux mettre ton four à chauffer à 200° OU ALORS tu peux aussi attendre et te servir de ton grill si t’en a un.

 Lâches toi et huiles tes carottes comme un shaman en transe. Rajoutes tes oignons, ail… et saupoudre le tout avec les épices de barbecue, tu sales, tu poivres et tu mélanges bien tout. Rajoutes de l’huile si ça colle pas assez aux carottes, l’huile en vrai, c’est la vie man, du monde animal. Ouais… je sais, je le ferais plus.

Au four : 35 minutes en retournant à la mi-cuisson
Au Grill : 20 minutes              »                             »

Bon ap.

Quoi ?!

Un dessert ?

#3 Les moelleux choco/banane :

moelleux

 

Ingrédients pour une dizaine de trucs mauvais pour ton ptit cul :

  • 200 grammes de chocolat (vegan, hein)
  • 8 c.a.s de farine de blé
  • 8 c.a.s de sucre
  • 5 c.a.s d’huile végétale
  • 8 c.a.s de crème d’amande
  • Une pincée de sel
  • Une bonne grosse pincée de vanille en poudre.
  • ½ banane.

How to cook some shit :

Préchauffes ton four à 180° (th. 7).
Commences par faire fondre ton chocolat avec l’huile végétale et la crème d’amande en remuant tout le long. Coupes ta banane en petit dés, ensuite dans un cul de poule, mélange le reste des ingrédients et rajoute le chocolat. Normalement si tu t’es bien débrouillé, tu devrais avoir un truc assez consistant après avoir mélangé le tout. Tu prends des petits moules à muffin et avec tes petites mains, tu fais des boules que tu tasses au fond.

Enfournes tout ça pendant seulement 15 minutes. A la sortie du four, tu devrais voir les moelleux crépiter en surface, c’est normal. Laisses reposer une heure au frais et le voilà ton dessert. Tada.

 

Si le fait de regarder mes photo ça te fais frétiller, n’hésites pas à t’abonner à mon compte instagram.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s